Saint Isaac Jogues

Béatifié en juin 1925 par Pie XI, canonisé le 29 juin 1930 par le même prélat, S. Isaac Jogues était un missionnaire Jésuite auprès des peuples Huron, Algonquiens, et Iroquois sous lesquels il meurt martyr. Sa fête est le 19 octobre (26 septembre au Canada).

Né le 10 janvier 1607 à Orléans, Isaac Jogues entre dans la Compagnie de Jésus le 24 octobre 1624, à 17 ans. Ordonné prêtre à Paris en javier de 1636, il quitte la France peu après pour les missions de Nouvelle-France, où il évangélise les amérindiens pendant six ans. Il est finalement capturé par les Iroquois en 1642, chez lesquels il subit de dure tortures. Il s’échappe grâce à certain marchants hollandais, et retourne en France, où la mère de Louis XIV l’accueille. Le Pape Urbain VIII lui permet de célébré la Sainte Messe malgré le fait que ses doigts consacré on été arrachés dans les tortures. Mais en 1644, il retourne dans ses terres de mission. En 1646, en essayant de négocier la paix à Ossernenon, il est traité de sorcier et accusé d’être la raison des mauvaises récoltes. En entrant dans une hutte, il est frappé d’un tomahawk, puis décapité, scalpé, et son corps est envoyé dans la rivière Mohawk.

Vostre Reverence, n’aura pas cette année tout le contentement accoustumé de la Relation : car la meilleure partie, qui est celle des Hurons, a esté prise par les Hiroquois, auec les lettres de nos Peres, en vne défaite de 40 Hurons qui arriua le 9 de Iuin dernier, prés de Montreal. Le Pere Isaac Iogues, qui est captif parmy les Barbares, nous escrit du dernier de Iuin, qu’elle est tombée en ses main auec plusieurs lettres de nos Peres des Hurons. Ie ne sçay s’il pourra bien l’adresser à Vostre R. par quelque voye que nous ne sçauons pas ; ie ne doute nullement qu’elle ne soit plaine de grandes consolation.

Source : RELATION DE CE QVI S’EST PASSÉ EN LA NOVVELLE FRANCE EN L’ANNÉ 1643
Envoyée AV R. P. IEAN FILLEAV, Prouincial de la Compagnie de Iesus de la Prouince de France. par le P. Barthelemy Vimont, de la mesme Compagnie, Svperievr de toute la Mission
page. 1
  • Pour faciliter la lecture, je prend l’initiative de mettre des accents, et faire la distinction entre  » i & j » et « u & v ».

Lettre du 30 Juin 1643

Monsieur,

voicy la 4e que j’écris depuis que je suis aux Iroquois. Le temps et le papier me manquent pour répéter icy ce que je vous ay déjà mandé tout au long. Cousture et moy vivons encor. Henry (c’est un de ces deux jeunes hommes qui furent pris à Montréal) fut amené la veille de saint Jean, il ne fut pas chargé de coups de bâton à l’entré du village comme nous, ny n’a point eu les doigts coupez comme nous ; il vit et tous les Hurons amenez avec luy dans le pays. Soyez sur vos gardes par tout : toujours nouvelles troupes partent, et faut se persuader que jusques dans l’Automne la riuière n’est pas sans ennemis. Il y a icy près de trois cents arquebuses, sept cent Iroquois ; ils sont adroits à les manier. Ils peuvent arriver aux Trois Riuières par divers fleuves ; le Fort de Richelieu leur donne un peu plus de peine, mais ne les empêche pas tout à fait. Les Iroquois disent que si ceux qui ont pris et tué les François à Montréal, eussent sceu ce que vous avez fait en retirant le Sokokiois que vous avez délivré des mains des Algonquiens, ils n’eussent pas fait cela. Ils estoient partis au milieu de l’hiver et devant que la nouvelle en vînt ; néanmoins tout fraîchement il est party une troupe, et l’homme Mathurin (le Père Brébeuf le cognoist bien) y est, et conduit la bande comme à nôtre prise de l’an passé. Cette troupe désire et a dessein de prendre des François, aussi bien que des Algonquiens. Que nôtre considération n’empêche de faire ce qui est à la gloire de Dieu. Le dessein des Iroquois, autant que je peux voir, est de prendre s’ils peuvent tous les Hurons, et ayant mis à mort les plus considérables, et une bonne partie des autres, ne faire des deux qu’un seul peuple et une seule terre. J’ay une grande compassion de ces pauvres gens, dont plusieurs sont Chrétiens, les autres Catéchumènes, et disposez au Baptême : quand est-ce qu’on apportera remède à ces malheurs? quand ils seront tous pris? J’ay receu plusieurs lettres des Hurons avec la Relation prise auprès de Montréal. Les Hollandois nous ont voulu retirer, mais en vain, ils tâchent de le faire encor à présent, mais ce sera encor je croy avec la même issuë. Je me confirme de plus en plus à demeurer icy tant qu’il plaira à Nôtre Seigneur, et ne m’en aller point, quand même l’occasion s’en présenteroit. Ma présence console les François, Hurons et Algonquiens. J’ay baptisé plus de soixante personnes, plusieurs desquels sont arrivez au Ciel. C’est là mon unique consolation et la volonté de Dieu, à laquelle très volontiers je conjoints la mienne. Je vous supplie de recommander qu’on fasse des prières et qu’on dise des messes pour nous, et sur tout pour celuy qui désire être à jamais,

Monsieur,

Vostre tres-humble seruiteur ISAAC IOGUES de la Compagnie de IESVS

Du village des Hiroquois le 30 Iuin 1643

Source : RELATION DE CE QVI S’EST PASSÉ EN LA NOVVELLE FRANCE EN L’ANNÉ 1643
pages. 66-67

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s